La jungle de la loose

Tout a commencé par un bus à Cuzco. Nous pensions avoir choisi la meilleure compagnie pour nous rendre à Puerto Maldonado en empruntant l’ancienne route de la mort péruvienne. Avant il fallait compter au minimum 2 jours pour traverser les 500 km de piste séparant les deux villes. Depuis une route transocéanique reliant le pacifique du Pérou à l’Atlantique du Brésil est en construction.

 Seulement, la soute du bus ressemblant à un magasin Mr Bricolage, nous avons dû nous arrêter une bonne dizaine de fois pour enlever les pierres de la route afin que le bus collé à la route par le poids puisse passer. Le tout dans une cacophonie d’avis discordants des passagers péruviens tous experts des bus et engueulant le chauffeur pour qu’il enlève l’air conditionné alors qu’il faisait une trentaine de degrés.

Bref, douze heures après notre départ, trempés de sueur, épuisés par le voyage, nous arrivons sous un soleil de plomb dans la jungle. Il n’est que 5h30 du matin mais on se croirait au Cambodge.

Nous prenons un touk-touk pour arriver à notre hôtel, l’Anaconda Lodge, chaudement recommandé par le Lonely Planet. Les bungalows sont au milieu de la jungle qui semble avoir repris ses droits. La porte ne ferme pas, il y a des trous dans la moustiquaire et un espace d’une trentaine de centimètres au dessus de la salle de bains n’est pas couvert par du grillage. 

Nous posons nos affaires et partons en ville pour chercher un autre hôtel. De retour, nous nous baladons dans le jardin de l’hôtel, c’est-à-dire dans la jungle. Nous voyons quatre espèces de singes différentes, un crotale à l’air pas sympa du tout dans un arbre. Le dîner avalé, nous rentrons dans le bungalow.

Derrière la porte, on trouve une grosse araignée que jul tue en deux temps avec se chaussure. On poursuit l’inspection de la chambre et là on tombe sur une énorme araignée dégueulasse. L’araignée est plus large que nos chaussures, cette fois on va chercher de l’aide. Ah, c’est pas grave, c’est une tarantule. Un péruvien vient pour l’attraper avec une pochette cartonnée et un saladier. L’araignée ne se laisse pas faire et après 2 minutes le péruvien sort bredouille en nous disant que la bête s’est enfuie.

 

Avant de dormir, Jul va faire une dernière vérification dans la salle de bain et est accueilli par une chauve souris suspendue au pommeau de douche. Jul bricole un système pour fermer la porte avec du fil en nylon et nous nous couchons pas très rassurés après avoir vidé une demie bouteille de répulsif sur la moustiquaire.

Publicités

Une réponse à “La jungle de la loose

  1. waou, merci le lonely planet pour vous recommander des hotels si exotiques.. content de savoir que vous etes passés a travers tarantules et caimans, amusez vous bien chez tonton evo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s