Salar VIP

Arrivés à Uyuni après 5h30 dans un bus chauffé à blanc par le soleil, nous nous mettons en quête de l’agence qui va nous promener 3 jours durant dans le salar d’Uyuni, le plus grand désert de sel du monde, et nous amener à la frontière chilienne.

 Nous ne faisons pas deux pas dans la rue que nous tombons sur Tito, un sympathique bolivien qui nous propose ses services. Après de courtes recherches, nous optons pour Tito Tours qui nous propose de « privatiser » le tour pour pas cher, c’est-à-dire que nous sommes trois au lieu de six dans le 4*4 et que nous décidons où et combien de temps nous arrêter.

 Nous partons donc le lendemain matin pour le désert. Première étape, le cimetière des trains à la périphérie d’Uyuni. Ce fut un grand lieu de passage des trains chargés de minerai à travers l’Amérique du Sud. Aujourd’hui, les trains modernes sont rares et les anciennes locomotives rouillent ici depuis des années.

Puis nous pénétrons enfin dans le Salar, d’une blancheur éclatante. Nous nous arrêtons en plein milieu du désert pour une séance shooting.

Après 1h30 de tentatives plus ou moins fructueuses de jeu avec la perspective, nous levons le camp direction l’île d’Incahuasi, 2 km de cactus sur de la roche volcanique au milieu du salar.

 

Nous déjeunons à l’écart de la foule de touristes avant d’escalader l’îlot. Puis nous traumatisons Freddy, notre guide-chauffeur (enfin surtout chauffeur) pour qu’il nous amène voir le coucher de soleil au milieu du désert de sel. Après quelques vers de vins chiliens, on en apprend un peu plus sur la vie de notre compagnon bolivien. Dire qu’il y en a qui se plaignent de chauffeurs bourrés, nous on le pousse au vice ! Nous passons la nuit dans un hôtel de sel à la frontière du désert.

 

Le deuxième jour c’est flamant roses. Nous découvrons quatre lagunes « altiplanicas » dans lesquelles des milliers de flamants roses de plusieurs races différentes s’ébattent. Le spectacle est fascinant. Le bleu de l’eau, le blanc du sel, le jaune de l’herbe brûlée par le soleil et les flamants.

Après plusieurs heures de grimpette en voiture nous arrivons à la lagunada colorada, un lac multicolore, bleu, rouge, blanc, ocre grâce à la présence de multiples minéraux et micro plancton. Là encore, c’est bluffant, on reste sans voix. Repas très sympa dans un refuge, on met de la musique, on rencontre un beau surfeur du pays du gouda (hein clem) et plein de gens sympas. Résultat la fête la plus stupide du parcours, 4 heures de sommeil et beaucoup trop de vin à 4300 mètres d’altitude.

 

Le dernier jour après un réveil atroce à 5h du mat, nous finissons le parcours comme nous pouvons, trouvant encore la force de nous émerveiller devant des geysers, les paysages du désert de Dali et la laguna verde au pied du volcan Licancabur.

On nous dépose à la frontière et après de chaleureuses accolades nous prenons la bétaillère (ou bus dans des pays civilisés) pour San Pedro de Atacama, Chili. Le trajet fut un calvaire, les Chiliens du poste frontière des gros cons, tout ce qui arrive de Bolivie n’étant pas spécialement bienvenu…

Enfin, nous sommes arrivés à bon port et nous coulons des jours tranquilles à San Pedro de Atacama.

Publicités

2 réponses à “Salar VIP

  1. J’y suis passée pas bien longtemps après…des lieux qu’on n’oublie pas. 🙂

  2. Moi je dis que les tofs sont truquées… On vous demandera le plan Tito tour, ça a l’air terrible!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s