Archives de Catégorie: Chine

Couchettes dures…Dur !

Ca y est on sait enfin à quoi ressemblent les couchettes dures…Le problème principal n’est pas tant le manque de confort que la proximité immédiate de chinois  cracheurs pendant 12 heures. Océ a décroché le gros lot avec sa voisine de couchette que nous avons surnommée Miss Molard 2010…1m50 de morve sur patte qui a passé 12 heures à cracher par intervalle de 5 minutes…

Enfin, nous voilà maintenant dans le centre du pays à Xi’an, là ou repose la fameuse armée des 8000 soldats en terre cuite. Visite sympa mais on s’attendait à quelque chose de plus énorme : beaucoup de soldats sont cassés ou pas encore sortis des fouilles, bref, pour la 8ème merveille du monde, ils repasseront….

 Sinon, on rouille un peu à Xi’an vu qu’il pleut depuis hier et qu’on est bloqué ici encore 2 jours. On en a profité pour visiter le musée de l’histoire de la province qui était très bien fait. Ce stop est forcé car nous attendons nos permis d’entrée au Tibet…

D’ailleurs petite déception, on ne pourra pas prendre le train des cimes car il est complet sur les 2 prochaines semaines. Il n’y a qu’un train par jour qui va à Lhassa et les chinois le réservent longtemps à l’avance…On devrait donc prendre l’avion mercredi pour Lhassa.

Publicités

Les chinois sont ponctuels, pas nous…

Nous avons dit au revoir à Pékin un peu plus tard que prévu. En effet, nous avons raté notre train de nuit en couchette dure à cause des bouchons et d’une séance de shopping prolongée.

 S’en sont suivis deux heures à pester, tenter de communiquer, errer dans la gare.

La principale incompréhension venait de la prononciation de julien de la ville de correspondance « taiyuan » qui était assimilée à « Taiwan » avec comme seule réponse des chinois « go by boat – not here »… !

La persévérance et l’aide d’un chinois parlant parfaitement français nous ont finalement permis de continuer notre périple avec seulement une demie journée de retard. On a ainsi pu tester le TGV chinois et la correspondance en siège dur.

 Chaque départ de train en Chine ressemble à un embarquement Ryanair puissance 1000 !

C’est une véritable ruée pour aller vers le quai et nos sacs à dos constituent une arme redoutable pour faire une percée.

Voilà une petite photo qui vous donnera un aperçu de la queue.

 

Depuis hier, nous sommes dans la petite ville de Pingyao classée au patrimoine mondial par l’UNESCO notamment parce que c’est la seule ville chinoise qui a conservé ses remparts intacts et ses rues médiévales. Premier jour un peu décevant car c’est un vrai parc à touristes !

Deuxième jour plus agréable à base de marche sur les remparts, découverte de temples des différentes religions (confucianisme, taoïsme, bouddhisme) et tentatives culinaires. Une constante de nos découvertes culinaires est le manque de nez d’Océane au resto : tout ce qu’elle choisit est dégueu alors que tout ce que jul choisit est bon.

 

Ce soir, on part pour Xi’an et au programme la fameuse couchette dure jusqu’ici non testée.

A priori, pas de risques d’embouteillages de pousse- pousse dans le coin…

Parce que Pékin le vaut bien

Nous ne voyons pas le temps passer à Pékin tellement il y a de choses à faire et à voir. Nous prolongeons donc notre séjour pékinois de deux jours.

Hier, nous avons rechevauché les vélos pour aller au temple du ciel, the place to be in beijing. Dans cette immense parc de 267 ha, les chinois s’adonnent à leurs activités favorites : jeu de cartes, flute, chant, haki-sac à plume et danse en groupe. Ne ratez pas la vidéo sur flickr (a droite dans notre blog), le thriller chinois !

Jul a d’ailleurs craqué pour le haki-sac à plume et joué avec des chinois dans le parc. Puis nous sommes allés voir le marché aux perles histoire pour Océane de montrer aux chinois ce qu’était une négociation à la française. Un grand moment !Le pitbull de la négo était de sortie.

Aujourd’hui, nous continuons à nous adapter à la vie chinoise. Nous sommes allés prendre des billets de train à la gare centrale et océane a grillé toute la queue pour obtenir les infos au guichet auprès du « Director » qui est le seul à parler anglais dans la gare. Y a pas de problème on comprend pas les insultes chinoises…

Nous sommes donc les heureux possesseurs de billets de train pour Pingyao (12h en couchette dure) et Xi’An (9h en couchette dure). Il ne restait plus de billets en couché mou et vu à quoi ressemblaient les sièges mous on s’attend au pire. Mais bon on est jeune et tant qu’on se fait pas cracher dessus ça ira.

Cette aprèm, direction la Cité interdite. C’est beau mais tellement grand que nous en avons rapidement eu plein les jambes d’autant plus que le soleil tapait fort. En plus, toutes les salles sont vides donc on a du mal à s’imaginer la vie des empereurs dans les temps passés. Une petite déception donc pour la Cité Interdite.

Ce soir, premier craquage culinaire. On s’est fait un resto français « le Little Saïgon » …Ah que c’était bon ! Oui on sait c’est moche… çà fait même pas 10 jours qu’on est parti et déjà on zappe les nouilles pour de la bouffe française…Mais bon, c’est pas au fin fond de la campagne chinoise qu’on retrouvera du confit de canard !!!

C’est du chinois … !

Ca y est, on vient de rentrer de notre premiere expedition en dehors de la capitale et bonjour l immersion en langue inconnue !

Autant on a trouve que les pekinois nous ressemblaient , autant des que l’on sort de Pekin on se prend de plein fouet les problemes de langue et le choc culturel. Difficile de s’y retrouver pour manger quand rien n’est ecrit en anglais, quil n’y a pas de photos et pas non plus les sous titres en pinyin (alphabet phonetique chinois retranscrit en lettres de chez nous). Enfin, on a finalement reussi a survivre au blind test culinaire sous les regards amuses des serveurs et cuisiniers. Il faut dire que dans les petites villes chinoises, l etranger intrigue : on etait parfois montre du doigt par certaines meres a leurs enfants.

Chengde meritait quand meme les 4 heures de train; le palais d ete ressemblait a un fabuleux decor du film tigres et dragons. On s est meme tape le luxe de faire du bateau sur le lac de la chance. Ca mange pas de pain.

Enfin, le retour a Pekin nous a fait bien plaisir surtout quon est alle visiter un gigantesque complexe d art contemporain le Dashanzi 798 Art Center! Les chinois savent etre dejantes et creatifs, on avait l impression d etre a Tokyo enfin l image quon sen fait. Deux photos de notre apres-midi :

Pékin, premières impressions

Aujourd’hui, premier contact avec la chaleur et les files d’attente à la chinoise pour prendre des billets de train pour Chengdé. On s’attendait à une énorme mission mais finalement bonne organisation et un guichet qui parlait anglais !

En tout cas on a eu nos billets « en siège mou » s’il vous plaît…

L’après-midi, découverte des environs à vélo. Quel pied de se promener dans les ruelles (hutong), d’emprunter les pistes cyclables géantes où se côtoient vélos, tricycles, solex électrique, pousse-pousse et remorques tirées par des vélos et chinois fatigués.

Nous avons pu faire le tour extérieur de la cité interdite  à vélo et nos mollets ont pu constaté le gigantisme de Pékin : l’agglomération fait la taille de la moitié de la Belgique !

Les pékinois sont étonnants : certains rotent, d’autres pètent en public sans avoir l’air gênés et beaucoup crachent… Mais dans l’ensemble, ils ne sont pas si différents des parisiens : ils aiment sortir, bien s’habiller et se balader le soir…

Demain matin, changement de décor, direction une petite ville de province pour voir le palais d’été des empereurs chinois et tester notre premier train chinois.

Bien arrivés à Pekin!

Pour finir, on a eu tous nos vols à l’heure et on est à Pékin depuis ce matin…

La journée a été longue car on avait peu dormi dans l’avion alors il fallait tenir bon…Plusieurs fois dans la journée on a manqué de craquer et de rentrer dormir à l hôtel…

Journée globalement dans le brouillard pour nous mais on a quand même eu l’occasion de croiser cet étrange oiseau pekinois sur les bords du lac Behai…