Archives de Catégorie: Tibet

Coup de cœur et coup de gueule pour le Tibet !

Nous avons pu dire dans nos autres articles à quel point nous étions contents d’être au Tibet, à quel point le pays est beau et les tibétains sympathiques. Tout cela est bien entendu vrai. Cela n’empêche pas que le Tibet n’est pas un pays libre. C’est un pays occupé par la Chine et on ne peut s’empêcher de ressentir de l’animosité envers les Chinois pour cela. Les policiers et militaires chinois sont omniprésents. On croise sans arrêt des patrouilles militaires dans les rues de Lhassa. Des tireurs d’élite sont postés sur les toits dominant la place du Barkhor. Les Chinois ont construit une réplique de la place Tien’anmen en face du Potala. Le quartier chinois est trois fois plus étendu que le quartier tibétain. Et autant les chinois que nous avions rencontrés jusque là étaient sympathiques autant ceux que l’on peut croiser à Lhassa ne le sont pas. Heureusement que les chinois sont également bouddhistes sinon on ne donnait pas cher du patrimoine tibétain qui a survécu à la « Révolution Culturelle » chinoise.

 On peut également se poser des questions sur l’honnêteté intellectuelle de l’UNESCO. En effet, comment peut-on classer comme faisant partie du patrimoine mondial de l’humanité 2000 poteries (l’armée des soldats en terre cuite) et laisser la Chine détruire la culture tibétaine qui représente énormément en terme de patrimoine humain. De la même manière, les chiens tibétains ont été classés « espèce protégé » alors que les chinois traitent les tibétains comme des citoyens de seconde zone dans leur propre pays. Il est impossible pour un tibétain d’obtenir un passeport et de sortir du pays légalement.

 Le silence de tous les pays occidentaux est une honte pour les droits de l’homme. Nous espérons de tout cœur que la culture tibétaine réussira à survivre malgré la propagande chinoise. Nous souhaitons vivement que les pèlerins tibétains continuent à affluer des 4 coins du Tibet pour montrer leur foi, leur courage et leurs incroyables costumes traditionnels.

 Nous vous recommandons vivement cette destination où il se dégage une atmosphère particulière et unique. C’est pour l’instant notre gros coup de cœur depuis le départ.

La culture tibétaine reste authentique et un voyage au Tibet continue à avoir un goût d’aventure.

 En espérant voir un jour le Tibet acquérir un réel statut d’autonomie et le retour du Dalaï lama au Potala!

Publicités

Comment aller au Tibet en juin 2010?

Petit article dédié à ceux qui voudraient se rendre au Tibet depuis la Chine, car dans les guides les informations sont contradictoires ou inexistantes….

 

Un permis est donc nécessaire pour se rendre au Tibet même si l’on vient de Chine et que l’on a déjà obtenu son visa chinois. Là on se dit, bon c’est pas grave il va falloir aller à un bureau chinois pour touriste et  payer 30 € en plus. Et ben non, c’est là que ça devient n’importe quoi.

Seules des agences de voyage agréées par le gouvernement chinois peuvent faire délivrer ce permis qui n’est délivré théoriquement que dans le cadre de tours organisés. Concrètement ça veut dire que si l’on veut passer 10 jours au Tibet il va falloir prendre une agence de voyage qui va facturer le permis, 10 jours de guide et les excursions. La fourchette de prix est énorme entre les agences qui proposent des tours de 10 jours entre 8 000 Yuans et 20 000 Yuans par personne.

Pour notre part nous avons pris un permis de trois jours pour rentrer au Tibet depuis une backpacker de pékin que nous avons payé 1 280 yuans par personne pour le permis, une nuit d’hôtel et trois jours de guide en anglais. C’est le moins cher que nous avons trouvé à Pékin et Xi’an. Puis arrivé sur place à Lhassa, nous avons négocié le prix de nos excursions pour arriver à un prix raisonnable, 2 000 yuans par personne  pour aller au camp de base de l’Everest et retour avec les arrêts qui vont bien (Yamdrok lake – Gyantsé…). 4 jours  de road trip au total + 3 jours libres additionnels  à Lhassa ont été ainsi été obtenus.

Notre conseil est donc d’attendre d’être à Lhassa pour organiser son voyage et négocier les prix car la vie n’est vraiment pas chère à Lhassa. Nous avons payé par exemple 30€ par nuit dans des hôtels faisant partie de circuits vendus à 200 € par jours depuis Paris ou Pékin.

Il est préférable aussi de ne pas inclure hôtels et restaurants dans les circuits car les agences surfactureront les prestations. De plus certains hôtels font payer plus chers aux agences qu’aux voyageurs individuels.

Soirée « Coupe du monde » à la tibétaine

Pour  célébrer notre ascension jusqu’au camp de base de l’Everest et notre nuit chauffée à la bouse de yak, nous avons dès le lendemain mis fin à notre période de sevrage et avons testé la vie nocturne tibétaine à Shigatsé, ville étape sur notre retour vers Lhassa.Après un restaurant arrosé de Lhasa Beer (the beer from the roof of the world dixit l’étiquette), nous avons suivi notre guide namhla et ses amis dans un de leurs bars favoris.

Au menu, bière servie dans des verres à shot XXL et spectacles tibétains surprenants(voir video dans flickr). Autre surprise, la bière se boit cul sec (l’expression les a beaucoup amusés) et dès que le verre est vide, une armée de serveuses se précipite pour remplir les verres vides. Je vous laisse imaginer les dégâts (ah Léonce, si une serveuse se tenait à côté de toi et te remplissait ta pinte dès que tu bois une gorgée…)

Puis nous avons enchaîné sur une boîte, après s‘être entassés dans un taxi à 7. Les taxis tibétains sont moins regardants que les taxis parisiens…Et là dès l’entrée c’était trop fort : du hip-hop tibétain live avec un rappeur habillé en costard.   On a eu le droit aussi à la danse tibétaine traditionnelle en rond et pu observé des particularités locales : les filles dansent le slow entre elles et les mecs aussi. Océane a d’ailleurs eu beaucoup de succès auprès d’une chinoise d’1m40 qui après avoir dansé avec elle, est revenue avec sa bière sur un plateau à boire cul sec en duo. Jul n’était pas en reste, aux premières loges du show avec les tibétains. Oui oui c’est bien lui au centre sur la photo. 

Sur le coup des 2h30 , le match de la France est passé sur écran géant derrière le podium mais nous n’étions plus très concentrés. Jul voyait les joueurs doubles du coup, ça l’a vite fatigué…

Conclusion, première fête  depuis le départ, on a pas perdu nos marques… Retour à  hôtel à 4 heures du matin et lendemain difficile…La cuite à 4000 mètres, même à la bière, çà fait pas que du bien…cf jul le lendemain dans le coffre de la jeep.

Sur le toit du monde

Après 2 jours de Jeep, en compagnie de Lauren, une américaine bien sympa, d’un guide et d’un chauffeur tibétain pur jus, on a enfin atteint le camp de base de l’Everest (altitude 5200 mètres). Sur le trajet, on a pu observé des paysages à couper le souffle, des tibétains d’un autre âge, se déplaçant en charrette, utilisant des chevaux ou des yaks pour labourer les champs…

Bref, aussi un voyage dans le temps. Nous avons atteint le point de départ pour l’ascension vers le camp de base hier en fin d’après-midi. Les 4 km de montée nous ont quand même pris presque 1h30 pour arriver au dernier check point de l’armée chinoise et surtout une colline avec une vue imprenable sur l’Everest (qomo langma en tibétain). Regardez comme on etait heureux sur le toit du monde!!!

Nous n’avons pas eu trop de problèmes avec l’altitude, juste les yeux gonflés pour jul et un peu de stress pour océ. Nous sommes ensuite descendus à 5000 mètres d’altitude pour passer la nuit dans une tente tibétaine au pied de l’Everest. Nous avons appris le jeu de carte « le trouduc » aux tibétains et y avons joué jusque tard . On s’est bien marrés car les tibétains étaient à fond et adoraient se traiter mutuellement d’asshole ! On faisait un peu moins les malins quand est venu l’heure de dormir et nous avons dormi avec tous nos vêtements plus deux couettes. En effet autant le soleil tape fort la journée autant la nuit il gèle ! Et malgré le chauffage à la bouse de yak, on n’avait pas vraiment chaud…

Au coeur de Lhassa

Depuis 3 jours, nous essayons de nous acclimater à l’altitude en nous promenant dans Lhassa et ses environs. Nous suivons ainsi les pas des pélerins qui viennent de tout le Tibet pour se prosterner devant les lieux saints de lhassa comme le jokhang ou les statues dédiées aux différentes émanations de bouddha. La plus importante des statues est le Jowo, statue du bouddha du présent qui permet à tout tibétain qui la contemple de s’assurer une bonne réincarnation (réincarner en mouche c’est pas terrible).

Lhassa est une ville fascinante et la nourriture tibétaine réserve bien des surprises à base de yak : thé au beurre de yak, raviolis au yak (momos), nouilles au yak (toupa), crèpes aux yak (bobbis)… Malgré les règles en vigueur, nous réussissons souvent à fausser compagnie à notre guide qui de toute façon préfère également disposer de son temps… Hier, nous sommes donc partis à l’assaut d’un monastère perché sur une montagne à une petite dizaine de kilomètres de Lhassa. Evidemment, sans guide c’est plus compliqué, on s’est donc trompé de chemin dès le début mais au final très belle randonnée terminée dans une nonnerie au lieu du monastère. Les nonnes très sympathiques nous ont d’ailleurs invités à partager le thé au beurre de yak jusqu’à écœurement. Il nous a fallu trois tasses avant de comprendre qu’il ne fallait jamais la reposer sur la table. En effet, la tradition tibétaine veut que les tasses soient systématiquement remplies jusqu’à épuisement du thé et les thermos sont nombreux et de grosse contenance!!!

 Les tibétains ont d’ailleurs une vision écologique de la bouilloire : un panneau solaire bricolé sur lequel est posé un porte plat leur permet de faire chauffer les aliments. Voilà à quoi ressemble la bouilloire solaire !!!

Aujourd’hui, nous avons aussi assisté à des débats de moines bouddhistes. Il s’agit d’une confrontation entre deux moines, chacun assenant ses arguments à tour de rôle en claquant les mains au visage de l’autre. Petit aperçu ci-dessus.

Enfin au Tibet!

Nous avons atterri sur le sol tibétain hier à midi. Remise de l’écharpe de bienvenue « hada » puis 1 heure de van au milieu des montagnes et lacs pour rejoindre Lhassa.

Première vue sur le Potala et sur les pèlerins avec leurs moulins à prière : on en a pris plein les yeux !

Mais la journée fut surtout consacrée à régler nos problèmes administratifs et logistiques, ce qui était un vrai casse tête chinois. Enfin, mission accomplie : on a un hôtel à 30 euros la nuit digne du Dalai Lama en plein cœur du quartier tibétain et nous avons surtout acquis (payé !) le droit de rester au Tibet jusqu’au 12 juin… Sinon, nous luttons tous les 2 contre le mal des hauteurs : Lhassa est à 3600 mètres d’altitude! De mémoire de parisiens, on ne s’était jamais traîné ci haut ! (butte Montmartre 200m… notre dernier record était à 3100 mètre pour le Pic Blanc de l’Alpes d’Huez avec la Clem).

Les 2/3 d’oxygène en moins se traduisent par un essoufflement rapide et des maux de tête récurrents : chaque escalier est une menace… On a quand même escaladé le Potala aujourd’hui, qui nous a ébloui tant par les richesses présentes dans le palais que par l’histoire du lieu.

Et puis, il faut qu’on s’acclimate à l’altitude : plus de cigarette et plus de bière pour l’instant!. Dans 4 jours, nous partons rejoindre le camp de base pour l’ascension de l’Everest qui se situe à plus de 5000 mètres d’altitude. Vous l’aurez compris notre Everest à nous ce sera le camp de base, on n’ira pas plus haut.